"Moscou illégalement annexé la Crimée, prend en charge les séparatistes à l'est de l'Ukraine, en violation du droit international. C'est pourquoi nous augmentons notre présence à l'est de l'alliance", a - t-il dit au journal Die Welt. Stoltenberg a noté que les négociations sont en cours dans chaque pays Baltes, en Pologne, en vertu bataillon. Ces forces seront là pour rester dans l'ordre de rotation. La décision finale sera prise avant le sommet de l'OTAN à Varsovie.

Ces plans ne violaient le pacte de l'OTAN et de la Russie, parce que ne prévoient pas d'importantes forces armées, a souligné le secrétaire général. Il m'a dit que Moscou estime que "d'importantes forces armées" est un séjour permanent n'est pas moins de 1000 troupes militaires dans l'un des pays de l'OTAN. "Nous sommes encore loin de cet indicateur", - a déclaré m. Stoltenberg.

Rien n'indique que bientôt la Russie pourrait attaquer l'un des pays de l'alliance, a déclaré le secrétaire général. "Mais nous devons être préparés, nous devons faire preuve de solidarité totale avec les pays membres de l'OTAN, et en même temps de mettre en œuvre des politiques de dissuasion", a - t-il dit, ajoutant que ces mesures "sont justifiées, axé sur la défense et répondent au droit international".
Stoltenberg a expliqué que l'OTAN ne veut pas de confrontation avec la Russie et la nouvelle guerre Froide, et ces mesures sont une réaction à l'annexion de la Crimée et la déstabilisation de l'est de l'Ukraine.

Il a souligné que l'OTAN est en train forte, exprimée et la prédictibilité de la politique. "Dans ce cas seulement, nous pouvons aller sur un dialogue politique avec la Russie", - at-il dit, ajoutant que "la mutuelle le silence ne peut pas résoudre les problèmes".

Stoltenberg a souligné que doit être ouvert des voies pour le dialogue politique avec la Russie, pour tenter de réduire les tensions et éviter les risques d'incidents militaires. Il n'exclut pas la possibilité que, avant le sommet de Varsovie, se tiendra une réunion du Conseil Russie - OTAN.

Comme l'a rapporté le journal The Wall Street Journal, l'OTAN va accueillir dans les pays Baltes et en Pologne, environ 4000 soldats.