Selon Ансипа, les entreprises qui veulent travailler dans plusieurs pays de l'UE doivent avoir la possibilité de remplir tous les livres de papier, un seul pays de l'Europe. Un projet pilote en collaboration avec les autorités qui appliquent ce principe de tout-jetable pour les entreprises internationales, qui sera lancé plus tard cette année.

"De nombreux secteurs de l'économie sont très vite entrés dans дигитальную l'ère de la partie à la fois les technologies et les méthodes de travail. Mais il y a les secteurs traditionnels, tels que la construction, la production d'acier, de produits alimentaires ou textiles, où la transition ne se déroule pas bien développé. Les mêmes tendances pertinentes pour de nombreuses petites et moyennes entreprises", — cite le commissaire estonien rus.delfi.ee.

Selon Ансипа, selon des études récentes, les revenus de l'industrie en Europe grâce à la numérisation de biens et services dans un délai de cinq ans va croître de plus de 110 milliards d'euros par an. Mais pour la mise en œuvre d'innovations besoin d'investissements, et la concurrence pour attirer les investisseurs privés dans le secteur de l'digitales à l'innovation dans le monde entier raide. "Nous ne pouvons pas nous permettre de marcher de pair avec les autres!" — note le commissaire.

En s'appuyant sur l'infrastructure, l'UE envisage de créer un "européen nuage" — une plate-forme unique, ce qui permettra de partager et d'utiliser de grandes quantités de données.

"Les premiers accès au cloud recevront les scientifiques, dont les travaux contribuent à l'économie européenne et les aident à résoudre des problèmes mondiaux, tels que l'épidémie de virus Ebola et Siek. Au fil du temps, nous allons élargir la base d'utilisateurs pour les entrepreneurs et le secteur public. Mais le numérique le monde doit prendre non seulement de l'industrie et les scientifiques. Service de l'etat et finalement les contribuables aussi beaucoup à gagner à une réduction des coûts administratifs et des services plus efficaces", — a déclaré le vice-président de la commission EUROPÉENNE.

Pour faciliter la transition vers un modèle de e-gouvernements de l'Union européenne prépare une série d'activités qui aideront les pays de l'UE de développer la gestion de la paperasserie en format numérique (l'enregistrement des entrepreneurs, la comptabilité, la signature de documents, etc).