Le député FR Tatiana Жданок prenant directement impliqués dans l'élaboration de cette résolution, raconte: "Fait étape clé dans la protection des familles avec enfants. Nous avons obtenu de la décision du Parlement européen sur le problème de l'enlèvement d'enfants chez les parents en matière de tutelle sur l'enfant. Ces questions ans grandi dans des centaines de demandes examinées par le Comité des requêtes. Y compris beaucoup de plaintes fondées de la venue de nos lettons compatriotes. La décision d'aujourd'hui est en fait une indication pour la Commission européenne, dans quelle direction elle doit changer les règlements de l'UE. À l'été de cette année sera révisé le règlement qui régit la garde de l'enfant lorsque ses parents citoyens de divers pays. La migration de travail dans l'Union européenne, en premier lieu, d'Europe de l'est dans les pays riches d'Europe Occidentale, a conduit à une augmentation du nombre de familles mixtes. Respectivement augmenté le nombre de conflits dans les familles, dont les membres ont la même nationalité ou ne vivent pas dans le pays de leur nationalité.

L'analyse des appels reçus par les citoyens de la Lettonie, de la Lituanie et d'autres états d'Europe de l'est, montre que l'une des plus douloureuses questions est le refus de l'état sur le territoire duquel l'enfant a été retiré de la famille, de transmettre l'affaire au tribunal de l'état, le citoyen de qui est cet enfant. La raison à cela — à l'imprécision de la formulation actuelle du règlement de l'UE. Sur mon insistance, dans la résolution du Parlement européen a été une exigence de donner une interprétation de la notion de "résidence habituelle de l'enfant", et obliger les autorités de l'etat de résidence de la famille d'informer immédiatement консульскому à l'institution de l'état, le citoyen de qui est l'enfant, de l'intention de les séparer de ses parents. À l'avenir, cette tragédie, quel est arrivée Лайлой Брице, ne doit pas se répéter. Le destin de la lettonie les enfants doivent résoudre des tribunaux de la Lettonie".

Dans la résolution adoptée, le Parlement européen a appelé la Commission européenne et les états membres de l'UE de coopérer avec les ONG, ainsi que de créer un seul européenne de la hotline pour aider les familles avec enfants résidant dans un autre état et confrontées à des problèmes de nature juridique.