Pour le moment, mis à la nationalité des détenus. Selon l'interlocuteur de l'agence, la foule des migrants contiennent un complexe sportif dans la ville de Dikili sur la côte de la mer Egée.

Une fois que l'identité de réfugiés seront installés, les autorités décident quelles sont les mesures à prendre à leur égard.

L'un des détenus, migrants, connaissant l'anglais, partagé avec à Reuters que la plupart des réfugiés qui fuyaient l'Europe depuis la guerre, estiment que les rives de la Grèce, ils auraient le droit de rester vivre en Europe.

"Si la Turquie nous accorde le droit de choisir le pays où nous allons vivre, c'est pas mal. Mais je pense à la Grèce, nous avons exactement auraient la possibilité de choisir", a déclaré l'interlocuteur de l'agence, ajoutant que les migrants besoin d'juridiques en Grèce.

Notons que le problème de la fuite des migrants de Turquie en Grèce a été l'un des principaux points de l'accord entre Ankara et l'UE. Conformément à la veille de document, tous les migrants en situation irrégulière, résidant en Grèce via la Turquie, retourneront. En soulignant que tous les migrants seront protégés en conformité avec les normes internationales.

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu à la conférence de presse finale, a déclaré que l'UE aura autant de réfugiés, combien retourne à l'endroit de migrants en situation irrégulière. "Pour chaque syrien, qui sera restitué à la Turquie, de la Grèce, un autre syrien sera emmené de la Turquie à l'UE. Le mécanisme sera installé, avec le soutien de la Commission européenne, agences de l'UE et d'autres pays membres, ainsi que de l'agence des NATIONS unies pour assurer le début de sa mise en œuvre, ce même jour, quand commenceront le retour des migrants clandestins en provenance de l'UE à la Turquie)", — cite le texte de l'accord TASS.

Un autre point important de l'accord a été doublement de soutien financier à Ankara, puis il ya une sélection de six milliards d'euros au lieu de trois. L'UE a approuvé cette demande, à condition que génère des fonds supplémentaires juste après que seront consacrés les premiers 3 milliards de dollars dans ce chapitre, du Parlement européen, Martin Schulz, a souligné que le budget de l'UE "n'est pas une boîte avec illimitées d'argent".

Une autre demande d'Ankara, en échange d'une réduction des flux migratoires dans l'UE est l'annulation du régime des visas dès cet été. Ici, les vues de l'union Européenne et la Turquie se sont spars. Selon Schultz, l'UE est prête à jouer un "rôle constructif", mais pas de coupures de la procédure parlementaire pour la Turquie ne peut pas être, parce que c'est injuste envers la Géorgie, l'Ukraine et le Kosovo, possédant une vue sur le régime sans visas avec l'Europe.

En ce qui concerne l'accélération du processus d'adhésion de la Turquie à l'Ue, alors que les parties ont décidé d'ouvrir un nouveau chapitre dans les négociations. La commission européenne allait faire une proposition officielle en avril. "Les travaux préparatoires de la découverte d'autres chapitres se poursuivra à un rythme accéléré et sans préjudice des positions des pays membres, en conformité avec la réglementation en vigueur", — a souligné dans l'accord.