"À propos de ce qu'ils "ont peur de son grand voisin". Quand disparaissait de l'URSS, ils ont passé leurs référendums et ont été "libérés avec le monde", personne ne les a menacé, — a rappelé laurent fabius. — Il y a eu quelques excès, y compris à Vilnius, dans le centre de diffusion. Jusqu'à présent, malheureusement, les personnes âgées, qui sur aucun des civils n'a pas attaqué, mais simplement défendu le centre de télévision, en accomplissant l'ordre, - le glisser sur le litas tribunaux et d'essayer de les accuser de tous les péchés mortels. Je crois que c'est finement et de façon malhonnête".

Le chef de la diplomatie de la fédération de RUSSIE a rappelé que l'Union Soviétique "aucune tentative pour retenir de force les pays baltes n'a pas fait". Cependant, de gratitude pour cela de la part de прибалтов l'était pas. Plus encore, le suivi de la réclamation d'indemnisation prétendument causé à l'URSS.

Parlant du problème des non-ressortissants dans les pays Baltes, Sergueï Lavrov a souligné que la Russie appelle "pas plus de choses, mais seulement de ce qui est contenu dans les recommandations du Conseil de l'Europe, de l'OSCE et le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale".

"Nous ne cesse de dire que tout va bien — le nombre de ces non-ressortissants en déclin, a ajouté le chef de la diplomatie russe. — Mais selon nos statistiques, le nombre est réduit en raison de ce que les gens meurent, ceux-ci sont désespérés et a demandé la nationalité russe, quelqu'un qui est juste à gauche. Le taux d'octroi de la nationalité est très faible".