L'affaire a été portée sur la base de la plainte, le père de l'enfant, qui a exigé que les autorités lettones d'enregistrer le son d'un garçon sous le nom de "Miron Antonov", ainsi que de recouvrer auprès du bureau du Registraire de l'indemnité compensatrice.

Lettonie côté insiste sur le fait que l'écriture d'un нелатышских des noms propres de la Lettonie est en conformité avec les normes de la langue lettone. Par conséquent, le bébé serait possible de les enregistrer sous le nom "Mirons Antonovs". Cependant, une telle décision n'est absolument pas à l'aise avec ses parents. Auparavant, a indiqué que la famille du garçon met en colère, que son nom se termine par "s" ("Mirons") rappelle lati mot "mironis" ("le défunt").

Comme l'a rapporté Delfi Pankratov, la décision de la cour Européenne des droits de l'homme définitivement et ne peut être contestée ni dans la cour, y compris la Grande Chambre, ni dans un quelconque autre organe judiciaire. Le secrétariat de la cour ne peut pas fournir des informations supplémentaires sur ladite décision et de continuer la correspondance par cette plainte.