L'homme a appelé la police nationale, qui était de protocole sur un accident de la circulation. Dans le service, il s'est avéré que la machine est endommagé la roue et sans précédent disque. Coût de réparation à 52 euros. Janis a décidé de prélever cet argent avec la mairie, considérant que la justice doit contenir de la route dans l'ordre. Mais les fonctionnaires ont rejeté l'exigence de la victime conducteur.

Dans sa lettre, les représentants de la RD écrivent que "sur le lieu de l'ACCIDENT les agents de police n'ont pas fixé de voiture visuels de dommages". Et ainsi que sur l'emplacement n'a pas été appelé une dépanneuse, "ces lésions pouvaient pas apparaître à cause du fait que le conducteur est entré dans la fosse, et, plus tard, par exemple, en raison du fait qu'on a roulé sur le trottoir". Janis, et c'est un euphémisme, surpris, ayant reçu cette réponse. "Ni moi , ni la police ne sommes pas des employés de service, pour voici donc, par l'œil, que bosselée disque. À son tour, ce qui est endommagé la roue, il est devenu clair matin", - dit l'homme. Une dépanneuse, il n'a pas appelé, parce qu'à la maison n'a pas gagné un seul kilomètre.

À la déclaration de Riga, la douma, Janis joint des photos avec des lésions de la roue. Mais ici, chez les fonctionnaires trouvé que répondre: sur les photos n'est pas indiquée, et, par conséquent, inconnue, quand ils ont été faits.

Dans le même temps à la voie de circulation n'excluent pas que la fosse rue de la cr. Валдемара vraiment. Mais ce n'est pas un motif de remboursement. "Même si l'ACCIDENT est arrivé à l'adresse indiquée, le conducteur pouvait pas le temps de voir la fosse, de ralentir et de contourner les obstacles, afin de ne pas endommager la machine", écrit la voie de circulation. Sur proposition de la douma d'etat de faire le tour de la fosse, Janis répondu honnêtement qu'elle n'a pas remarqué, parce que l'on ne comptait que sur l'une des rues principales de la capitale sera spécialement выпиленная fosse d'une profondeur de 10 cm sans signes avant-coureurs de".

Janis n'a pas l'intention d'abandonner. Il a décidé de poursuivre la voie de circulation. "Je comprends que les frais de justice seront beaucoup plus élevé que le montant que j'ai payé pour la réparation de la machine. Mais c'est une question de principe", - dit l'homme.