Lundi, le 14 mars, les ministres des affaires étrangères des pays de l'UE pour la première fois l'année dernière ont discuté d'une stratégie de communication avec la Russie. La réunion a élaboré un plan en cinq points, qui doit servir de base pour la politique étrangère. Parmi eux: la pleine application des accords de minsk sur l'Ukraine comme une condition obligatoire pour tout changement dans les relations avec la RUSSIE, la poursuite du programme "partenariat Oriental" et de renforcer les relations avec les pays d'Asie Centrale, le renforcement de "l'intérieur de la durabilité de l'UE" (il s'agit de l'énergie et de la communication stratégique), la reprise de la coopération avec Moscou "sur certaines élu le conseil d'administration" (c'est à dire des intérêts communs en matière de politique étrangère, par exemple, dans la Syrie et la corée du nord), le soutien de la société civile en Russie" et "investir dans le développement des contacts entre les personnes".

Cependant, pas toutes les questions concernant la Russie, provoquent en Europe à l'unanimité. Comme le rapporte Reuters, l'Italie et la Hongrie ont opposée à l'idée d'auto-renouvellement et de la sanction. L'actuel paquet de sanctions économiques contre la Russie est valable jusqu'au 31 juin 2016.