Элксниньш a reconnu que l'accord entre le "Consentement" et de la "Russie unie" est toujours en vigueur et l'a appelé "notre doux de pouvoir en Russie":

"Avec son aide, nous soutenons nos entreprises [travaillent] en Russie et défendons les intérêts de notre pays. (..) Hélas, après l'entrée en vigueur de ces modifications, tous les membres du "Consentement", qui prend en charge ce contrat, tombent sous le coup de l'article de la loi Pénale et que les participants et les animateurs", — cite les mots de la politique lsm.lv.

Auparavant, le chef du "Consentement", le maire de Riga, le Nil Ouchakov a déclaré que le traité conclu avec la "Russie unie", est favorable avec l'état d'un point de vue. Il a qualifié cet accord d'outil de maintenir le dialogue avec Moscou: "Nous voyons ce qui se passe entre l'UE et la Russie, nous le laissons donc la possibilité de maintenir le dialogue".

Ouchakov a souligné que la Russie n'a aucun autre parti, avec lequel vous pouvez collaborer.

"Quelle que soit l'attitude de la Russie, au niveau de l'etat, nous avons l'ambassade, prenant en charge la communication, nous avons la traite, il ya économiques, de la communication culturelle. À son tour, nous, comme parti utilisons pour communiquer sur межпартийном niveau. Cela nous permet de mener le dialogue dans les moments difficiles. Cela ne peut pas refuser. Si nous avons refusé cela, on pourrait l'assimiler à la décision de la Lettonie, de fermer l'ambassade à Moscou", — at-il expliqué.

Un accord de collaboration entre le "Centre de consentement" et de la "Russie unie" signé en 2009.